Retour à la section précédente

Intégrer langue et contenu disciplinaire en cours de DNL

22/07/2020

L’intégration entre langue et contenu est une approche méthodologique que l’on retrouve, par exemple, dans CLIL/EMILE (Content and language integrated learning / enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère ; consulter les références du CELV pour en savoir plus). L’intégration suppose la prise en compte de la dimension langagière de la discipline par l’enseignant de DNL. Apparaissent alors aux côtés des objectifs disciplinaires conformes au programme de discipline, des objectifs langagiers, ou pour être plus précis, discursifs, pour permettre aux élèves l’accès à ce contenu disciplinaire.

Les objectifs discursifs correspondent aux besoins langagiers des élèves pour traiter le contenu disciplinaire dans le cours de discipline. Pour cela, il convient de repérer les éléments langagiers à la fois récurrents et spécifiques du discours disciplinaire en français, soit :

a.         le lexique de la discipline ;

b.         les éléments grammaticaux et syntaxiques récurrents : tournures impersonnelles, voix passives, nominalisation, etc. ;

c.         les actes de parole en DNL, « les manières de dire ».

L’enseignant de DNL prend alors en charge l’enseignement de ces objectifs discursifs, il est professeur de langue pour sa discipline. Cela signifie que l’enseignant de DNL :

  • Anticipe les besoins langagiers des élèves pour chaque leçon/séquence ;
  • Organise pédagogiquement le traitement des éléments discursifs nécessaires à l’apprentissage du contenu disciplinaire pendant le cours ;
  • Établit des objectifs discursifs complémentaires aux objectifs disciplinaires et les communique aux élèves ;
  • Évalue les compétences disciplinaires et les compétences discursives appliquées à la discipline

Les enseignants peuvent alors mobiliser en les adaptant des pratiques et des outils pédagogiques issus de l’enseignement des langues étrangères :

  • exemples d’activités pédagogiques : exercices, quizz, etc.
  • outils méthodologiques (s’ils sont pertinents avec l’approche méthodologique disciplinaire) : pédagogie de la tâche, unité didactique, perspective actionnelle, etc.
  • outils d’évaluation : grille de compétence de communication, etc.
  • métalangage pour faire des liens avec le cours de langue et s’appuyer sur les connaissances des élèves, etc.

Il ne s’agit pas de reprendre telles quelles les activités de méthode de FLE mais plutôt de les adapter pour répondre aux besoins langagiers des élèves en cours de DNL.

Il ne s’agit pas non plus de transformer le cours de DNL en cours de FLE, mais plutôt de prendre en charge la progression langagière des élèves pour s’approprier un discours disciplinaire.

Ainsi l’enseignant de DNL, en fonction des besoins des élèves, adaptera sa pratique vers des activités orientées tantôt (et sans doute la majorité du temps) sur du contenu, et tantôt sur la langue de la discipline, mais toujours dans l’optique de servir les objectifs disciplinaires. Le travail sur la langue peut également servir la compréhension fine du contenu. Par exemple, l’enseignant peut créer des activités pédagogiques basées sur :

  • l’étymologie, la dérivation, la polysémie, le registre disciplinaire versus le registre de communication courante : le travail sur le lexique permet d’approfondir les notions disciplinaires
  • les articulateurs logiques du discours : à travailler en fonction du niveau en L2 des élèves
  • l’oralisation d’écriture symbolique : par exemple systématiser l’oralisation d’une équation ?
  • des boites à outils communicatives listant les énoncés à mobiliser, par acte de parole et selon le niveau en L2 des élèves, par exemple :
    • 1. observation : « on voit », « on constate », « on note », « il y a », « ensuite », « puis », « enfin », etc.
    • 2. rappels de connaissances : « on sait que », « il est établi que », etc.
    • 3. Conclusion : « donc », « ainsi », « on peut conclure/déduire », etc.

Outre la dimension langue/contenu disciplinaire, l’approche intégrée concerne également les langues en contact et la didactisation de ces contacts. Pour cela, nous renvoyons à l'infographie et l'article sur l’alternance codique.

Consulter l'infographie en cliquant sur le lien ci-dessous : 

infographie%20int%C3%A9gration%20LC.pdf

REFERENCES

CAUSA, Mariella, 2009, Enseignement d’une LE et d’une DNL : mettre en place une "compétence discursive", Synergies Roumanie, Gerflint, n°4, p. 179-188, [en ligne] disponible à l’adresse : https://gerflint.fr/Base/Roumanie4/causa.pdf 

CAUSA, Mariella, 2014, Compétence discursive et enseignement d’une discipline non linguistique : définition, diversification et pratiques formatives, Les Carnets du Cediscor, n°12, document 6, p. 115-137, [en ligne] disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/cediscor/964

COYLE, Do, 2002, Relevance of CLIL to the European Commission’s Language Learning Objectives, CLIL/EMILE the European Dimension, Conbat ECML, [en ligne] disponible à l’adresse : http://conbat.ecml.at/Glossary/4CsinCLIL/tabid/1503/language/fr-FR/Default.aspx

GAJO, Laurent, 2007, Enseignement d’une DNL en langue étrangère : de la clarification à la conceptualisation, Tréma, n° 28, [en ligne] disponible à l’adresse : https://doi.org/10.4000/trema.448

MARSH, David, 2007, La matrice EMILE : Un outil de sensibilisation des enseignants par le biais d’Internet – Obtenir de bonnes pratiques dans l’enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère / éducation bilingue. Graz : Centre européen des langues vivantes, [en ligne] disponible à l’adresse : http://www.ecml.at/mtp2/CLILmatrix/html/CLIL_F_Results.htm

Centre européen des langues vivantes du Conseil de l’Europe :

https://www.ecml.at/Thematicareas/ContentandLanguageIntegratedLearning/tabid/1625/language/fr-FR/Default.aspx

https://www.ecml.at/Portals/1/resources/Articles%20and%20publications%20on%20the%20ECML/CLIL_EMILE.pdf

 

EXEMPLES D'ACTIVITES PEDAGOGIQUES SELON UNE APPROCHE INTEGREE :