Retour à la section précédente

L’enseignement bilingue francophone en Arménie

17/01/2024

Il y a aujourd’hui en Arménie deux établissements scolaires proposant une section bilingue francophone, l’un à Erevan, l’autre à Gyumri. L’établissement d’Erevan a obtenu le LabelFrancEducation en 2022. 

L’Arménie a officiellement lancé l’enseignement bilingue en français en 2013, avec l’ouverture de la section bilingue francophone au sein du lycée n°119 d’Erevan, fruit d’un Mémorandum de coopération éducative entre le ministère de l’Education et de la science de la République d’Arménie et l’Ambassade de France en Arménie, relatif à la mise en œuvre d’un programme francophone complémentaire. Le protocole a pu être élargi en 2023 et accueille désormais le lycée n°1 de Gyumri. Un troisième établissement, le lycée n°29 d’Erevan, pourrait intégrer le dispositif en 2024. 

Les compétences acquises par les élèves des sections bilingues francophones sont reconnues officiellement avec l’existence d’un Certificat de fin d’études bilingues, délivré aux élèves ayant passé avec succès l’examen terminal à la fin de leur scolarité au lycée.

La mise en œuvre d’un protocole officiel 

Le développement des sections bilingues en Arménie a commencé dès 1993, à l’initiative de l’Ambassade de France, avec la mise en place de cours bilingues dans deux écoles d’Erevan et une école de Gumri. Le système a fonctionné jusqu’en 1995, année où le Comité de la langue de la République d’Arménie a considéré que l’enseignement en français de disciplines non linguistiques (DNL) ne respectait pas la législation, qui précise que la langue littéraire arménienne doit être langue d'enseignement sur tout le territoire de la République de l'Arménie. La loi sur l’éducation générale du 10 juillet 2010 a permis « d’autoriser un établissement scolaire à organiser un enseignement en langue étrangère ». Sur un contingent de onze écoles pilotes, l’Ambassade de France a donc ouvert en 2013 la première section bilingue du pays. 

Un volume horaire important d’enseignement du et en français 

Au lycée 119 d’Erevan, les élèves suivent, en plus du programme officiel arménien, 5 heures d’histoire et géographie par semaine en français et 4 heures de français général en 10e et 11e (équivalent des niveaux Seconde et Première en France, âge 16-17 ans) et 10 heures au total en 12e classe (Terminale), soit plus d’un tiers du volume d’enseignement hebdomadaire. L’inscription est gratuite et ouverte à tous les élèves d’Arménie. Un entretien de sélection effectué par une commission bipartite (Ambassade et Lycée n° 119) permet d’évaluer le potentiel des candidats. 

Au Lycée n°1 de Gyumri, les élèves bénéficient de 4h de français et 4h d’histoire géographie (2h d’histoire et 2h de géographie) pour les 10ème (Seconde). Le lycée prévoit le même nombre d’heures pour les 11ème et 12ème (Première et Terminale) dans les années qui viennent. 

Au total, 73 élèves sont scolarisés dans les deux sections bilingues du pays pour l’année scolaire 2023-2024. Au lycée d’Erevan, ils/elles sont 25 en 10ème, 20 en 11ème, 13 en 12ème. Au lycée de Gyumri, ils/elles sont 15 en 10ème ; la section bilingue ayant démarré à la rentrée 2023, il n’y a pas encore d’élèves aux niveaux 11ème et 12ème. 

Dans chacun des deux établissements, un professeur de français et un professeur d’histoire-géographie-civilisation française interviennent, avec le soutien d’une volontaire en service civique au lycée de Gyumri. 

 

  • Télécharger la fiche pays Arménie au format png et pdf.

 

Une relation privilégiée avec la France 

L’Arménie offre un environnement favorable à l’action française de coopération, grâce à une relation bilatérale forte, ancrée dans la dimension mémorielle. La francophilie des Arméniens est liée au rôle de la France dans l’accueil des réfugiés ayant fui le génocide de 1915 (estimés à 400.000 personnes, la diaspora arménienne de France est la deuxième d’Europe, après celle de Russie et la première pour les Arméniens d’Arménie occidentale), l’élan humanitaire (porté par Charles Aznavour) au lendemain du séisme de 1988 et l’engagement en faveur de la reconnaissance du génocide. Récemment cet élan francophile bénéficie d’un rebond suite aux prises de positions fortes de la France dans le cadre du conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, et à l’élargissement de la coopération française en Arménie. 

Une reconnaissance des langues régionale dans un contexte d’homogénéité linguistique  

L’Arménie connaît une situation de forte homogénéité linguistique : l’arménien, langue officielle, est la langue maternelle de 97,94% des habitants (recensement de 2011). L’Arménie a ratifié en 2002 la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, reconnaissant l’assyrien, le yézidi, le grec, le russe et le kurde comme langues minoritaires dans le pays. Le russe reste une langue comprise et parlée par une part très importante de la population, avec une tendance à l’affaiblissement de la maîtrise chez les moins de 30 ans. 

La loi définit l’arménien comme langue de l’enseignement, avec quelques dérogations : en plus du Lycée français Anatole France, le pays compte quatre établissements à cursus anglophone et un russophone.  

Le français est la 3ème langue vivante enseignée en Arménie après le russe et l’anglais. 

Un soutien dynamique de l’Ambassade 

L’Ambassade de France soutient l’enseignement du français en Arménie à travers des actions de coopération linguistique en lien avec les autorités locales (filière d’enseignement bilingue du lycée 119 depuis 2013, cursus de français renforcé dans 18 écoles d’Arménie depuis 2012) et un engagement dans la formation des professeurs de français, notamment avec l’organisation du congrès national, organisé par l’Alliance française en collaboration avec le CREFECO. Des bourses de stage en France sont également octroyées aux professeurs. L’Ambassade de France est aussi engagée pour favoriser la collaboration entre les centres associatifs francophones et les collectivités territoriales françaises qui souhaitent s’investir dans la francophonie en Arménie. 

Par ailleurs, l’Ambassade de France exerce la tutelle des deux établissements d’enseignement français en Arménie : le Lycée français Anatole France (400 élèves) et l’Université française en Arménie (2000 étudiants), tous deux habilités à dispenser des formations. 

Le programme de relance du français en Arménie, porté par l’Ambassade de France, a commencé en 2023 et devrait se poursuivre en 2024-2025, permettant d’assurer durablement la formation de tous les professeurs de français du pays, de soutenir par des dotations de matériel didactique les sections bilingues et à français renforcé, et de promouvoir l’attractivité du français à travers une campagne de communication et le développement d’une offre activités de loisirs et d’initiation en français.