Retour à la section précédente

L’enseignement bilingue francophone en Suisse

03/01/2024

La Suisse est un pays plurilingue. Le plurilinguisme est un élément constitutif de l’identité nationale et inscrit dans la loi sur les langues. 

Le français est l’une des quatre langues nationales (allemand, français, italien et romanche) et une des trois langues officielles (allemand, français, italien). L’allemand est la langue majoritairement parlée par 62,6 % de la population tandis que les francophones représentent 22,9 % de la population suisse. 

 

 

En Suisse, état fédéral, l’enseignement relève de la compétence des 26 cantons. Il en résulte une situation parfois très hétérogène au sein du système scolaire. Parmi ces cantons, 17 sont germanophones, quatre francophones, trois bilingues français-allemand (Berne, Fribourg, Valais), un italophone (Tessin) et un trilingue allemand-italien-romanche (les Grisons). 

L’existence d’un diplôme « bilingue » en fin de scolarité 

L’enseignement bilingue en Suisse s’est développé à partir de 1995 avec la reconnaissance par la Confédération de la « maturité gymnasiale bilingue ». Il s’agit d’une mention « bilingue » à l’examen de fin de scolarité (équivalent au baccalauréat, appelé « maturité gymnasiale »). La langue 2 enseignée pour obtenir une maturité bilingue est soit une des trois langues nationales, soit l’anglais. 

La Confédération suisse reconnaît donc officiellement l’existence de filières bilingues à partir d’un règlement national, qui stipule que les élèves doivent suivre un enseignement de la L2 (dite « langue d’immersion ») dans au moins trois disciplines, dont l’une doit appartenir au domaine des sciences sociales et humaines. La dotation horaire de l’enseignement immersif varie d’un établissement à l’autre, mais ne doit pas dépasser 50 % du nombre d’heures total du cycle scolaire. 

Il existe aujourd’hui 373 filières bilingues réparties dans toutes les régions linguistiques du pays, tous niveaux et toutes langues d’immersion confondus : école enfantine (maternelle), primaire, secondaire I (collège) et secondaire II gymnasial (lycée général) ou secondaire II formation professionnelle (apprentissage). D’après une étude réalisée au cours de l’année scolaire 2021-2022 par l’université de Genève dans l’enseignement public, 81 % des filières bilingues se trouvent au niveau du lycée et la moitié concerne le lycée général. 

Concernant les langues enseignées dans ces filières bilingues, on constate de grandes disparités selon les régions linguistiques et les niveaux scolaires. 

Dans les cantons bilingues et dans les Grisons, les langues nationales occupent une place prépondérante dans les filières bilingues, tandis que dans les cantons monolingues l’anglais domine largement. 100 % des filières ont une langue nationale dans les écoles primaires, 84 % au niveau collège (Secondaire I), 50 % au lycée général et seulement 25 % dans les écoles professionnelles. 

Des filières bilingues francophones au lycée 

Le français est langue d’immersion dans 28 filières bilingues : 26 au lycée général et 2 au lycée professionnel. Dans les filières du lycée général, les DNL enseignées en français sont principalement les mathématiques, l’histoire et le mémoire de maturité. 

Quatre établissements sont labellisés LabelFrancEducation pour leur filière bilingue francophone. Deux de ces filières sont implantées dans des établissements publics, respectivement dans le canton germanophone de Bâle-Campagne et dans le canton italophone de Bellinzole ; les deux autres sections francophones se trouvent dans des établissements privés situés à Genève, dont la langue d’enseignement est l’anglais. 

 

  • Télécharger la fiche pays Suisse  au format png et pdf.

Une tendance au développement de l’anglais comme langue d’immersion 

L’enseignement bilingue en Suisse a le vent en poupe, particulièrement dans la voie gymnasiale (lycée général), filière qui ne représente toutefois en Suisse que 20 % d’une classe d’âge en moyenne nationale. La voie professionnelle est considérée comme la voie « royale », particulièrement en Suisse alémanique, la zone linguistique directement concernée par l’enseignement du français en immersion. Or, plus de 85 % des élèves de la filière professionnelle choisissent l’anglais et non le français comme langue partenaire. 

Il reste cependant un fort potentiel de développement au niveau primaire, où les langues nationales dominent et où il existe un potentiel pour le déploiement de l’enseignement en français. 

Les autorités éducatives cantonales sont ainsi confrontées à un double défi concernant les filières bilingues : la focalisation sur l’anglais et l’hétérogénéité des formations. 

Il serait souhaitable de parvenir à une harmonisation des pratiques d’enseignement bilingue, avec des conditions cadres communes, comme cela a été fait sur d’autres sujets, afin de développer la compatibilité intercommunale et intercantonale de cette formation. Pour l’instant, seules les filières gymnasiales bénéficient d’une réelle harmonisation en raison des directives de la Commission suisse de maturité concernant la part minimale ou maximale de l’enseignement par immersion pour que la maturité soit reconnue comme bilingue avec mention sur le diplôme.